Présentation

Placée sur la falaise exposée au nord et dominant l’Oise, Eragny-sur-Oise ne fut jusqu’au XXe siècle qu’un très modeste village. Il est vrai­semblable que ce sont les habi­tants venus se grouper autour de la fontaine à l’époque gallo-romaine qui ont dénommé Heriniacus ou Areniacus le site devenu aujourd’hui Eragny.

Village d'Eragny-sur-Oise

C’est en 1564 que Jean d’Alesso achète la seigneurie d’Eragny. Ses descendants étendront leur domaine sur la commune et le conserveront jusqu’à la Révolution où il sera confis­qué comme “bien d’émigré”.

Au XIXe siècle, un personnage d’im­portance s’installe : Bernardin de Saint-Pierre, célèbre auteur de ”Paul et Virginie”, disciple de Rousseau, prend possession, en 1804, de l’an­cien presbytère. Après la mort de l’écrivain en janvier 1814, le village retombe dans un relatif anonymat.

A la fin du XIXe  siècle, Eragny compte moins de 500 habitants, vivant essentiellement de l’agricul­ture et du maraîchage. Grâce à l’arri­vée du chemin de fer, on parvient à mettre en exploitation une carrière de calcaire qui jusqu’alors ne servait qu’aux besoins locaux.

L’installation au XXe siècle, d’une papeterie a constitué la seule acti­vité industrielle notable, donnant un certain essor à Eragny. Cette papeterie, qui fut aussi la première entreprise à s’installer dans la zone d’activité nouvelle, a donné son nom au quartier où une très belle salle qui abritait les presses à papier (les calandres) transformée en salle d’ex­position et de festivités.

Le développement de l’agglomé­ration nouvelle de Cergy-Pontoise, à la fin des années soixante, a transformé le village. De nom­breux quartiers ont vu le jour sur ce qu’on appelait “le Plateau” et Eragny a pris son visage d’aujourd’hui. Avec ses promenades sur les bords de l’Oise ou dans les espaces naturels du plateau, son village qui a su garder son charme d’autrefois, sa pyramide installée au coeur du parc urbain ou ses nombreuses animations et sor­ties culturelles, Eragny propose à ses quelques 17 000 habitants une ville où il fait bon vivre.